Dernières informations – barefooting/minimalistes en France

Tour des Maréchaux à Paris - 30 septembre ! ? Venez parfaire votre prépa marathon avec nous - on va être nombreux/euses ! ICI

Abonnez-vous vite à la Newsletter qui court pieds nus pour être informé.e.s des prochaines activités et animations !
- 23 mars 2017 - Est-ce une bonne idée de courir pieds nus ? (Article dans le Ouest France par Assia Hamdi)

- 12 août 2016 - Adriana Karembeu et Michel Cymes apprennent la course pieds nus ! Les images et la vidéo de #PECH, "Le Pouvoir incroyable du corps humain" !

- On n'est pas que des cobayes - "Trouver chaussure à son pied"

Foulée Meudonnaise – pieds nus sur une course de 10 kilomètres

Les Foulées Meudonnaises 2012 10 kilomètres pieds nus - Photo Elisabeth Pascard

Les Foulées Meudonnaises 2012 10 kilomètres pieds nus - Photo Elisabeth Pascard

Les barefooteurs, hommes et femmes, sont des coureurs entreprenants.  Pour preuve : Nicolas, ami barefooteur qui habite dans la ville d’à côté, m’a proposé il y a quelques jours de courir la Foulée Meudonnaise avec lui.  Sans chaussures.  J’ai hésité jusqu’au weekend, car j’avais bien morflé lors de la ’EcoTrail où j’avais couru 30 kilomètres en sandales huarache.

A vrai dire, je ne peux rien lui refuser à Nicolas, car non seulement il assiste régulièrement aux animations barefooting, il est aussi une véritable pointure (!) parmi les courent-pieds-nus dans la Région Parisienne.  Habitué à courir en club, Nicolas n’a commencé sa reconversion qu’il y a six mois, mais s’entraîne pieds nus en pleine Forêt de Meudon …  On se comprend bien, c’est sur !

Pas de stresse, donc, dimanche matin, 1er avril quand je me pointe comme une fleur sur la Terrasse de l’Observatoire de Meudon, sans dossard. Ouf – je tombe sur Sydoky qui me propose le dossier d’une amie absente et l’inscription se fait sans accrocs.

Fidèle à mes habitudes, je ne connais rien au parcours, en dépit du fait que le revêtement m’importe beaucoup plus que les autres coureurs confortablement installés dans leurs chaussures de compét.  Au détour d’un petit galope d’échauffement, je réussis quand même à élucider le trajet lors des premiers 700 mètres de la course.  Ce sera sur les chemins à graviers de la Terrasse.  OK, bon…

Trop tard pour rentrer me coucher.  Nicolas doit déjà être en train de piétiner dans la foule d’environ 900 coureurs qui se lancera sur cette 22ème édition d’une course devenue incontournable dans la Région.  Je me faufile non pas vers la tête de la course, mais à ses pieds (désolé !) toute à la fin, car j’imagine facilement devenir paillasson si je pars doucement devant, en évitant les cailloux !  Échanges habituelles avec mes compagnons de route, qui s’étonnent de me voir enlever mes huaraches.  Elles feront toute la course avec mon coupe-vent dans une sacoche porté en bas du dos.

Un départ au sprint improvisé

Départ donné, les plus véloces s’envolent devant nous dans une nuage de poussière, et Nicolas me double sans me voir, avec les membres de son club, et son fils.  Les barefooteurs, ça se reconnaît entre eux par les pieds !  Comme j’ai déjà trouvé une ligne adéquate pour éviter le pire, je l’encourage à me suivre et nous commençons à doubler tout le monde à gauche, d’abord sur l’allée centrale (sable comme à la plage) puis carrément sur la pelouse au delà de la rangée de peupliers qui canalisent les coureurs sur les premières hectomètres avant la sortie du parc.  On ne se refait pas – même pieds nus, je ne peux m’empêcher de remonter aussi vite que possible la file des participants avant l’arrivée sur la chaussée.  Le cyclisme m’a marqué à vie 😉

Après la seule montée du parcours ,je m’installe dans mon rythme de croisière, pieds nus, environ 13 Km/heure.   Cette partie du trajet, la Route Royale à l’entrée du Bois de Meudon, je la connais bien, car c’est par ici que nous sommes passés en septembre dernier lors de l’épreuve de Paris-Versailles 2011, ma première grande course pieds nus.  Je trouve que le revêtement est devenu plus doux – sans doute, les plantes sont davantage habituées au barefooting (courir sans chaussures) depuis six mois. Je slalome entre les grappes de coureurs, saluant les remarques à l’égard de ma drôle de pratique, et en discutant avec certains.

Passage difficile dans la forêt – mieux en chaussures

L’idylle se brise brutalement après le kilomètre 4, un peu avant le ravito – chemin tout en gravillons, aie !  Bien sur, pieds nus, ça passe, mais je suis pressé, il y a le chrono qui tourne, pas le temps pour avancer à deux à l’heure…  Mais je sais bien – on ne discutent pas avec les pieds, c’est eux qui commandent, et là, ils disaient – EH-oh, doucement, on fait du 9-10 km/h, pas plus, faut pas délirer !  En effet, en ralentissant, je déniche un trajet un peu moins horrible, surtout sur la lisière ou il y a un peu de matière végétale (y compris des bogues de châtaigne ??).

Pendant 4 kilomètres ce sera un passage peu plaisant, pas du tout “barefoot-friendly” mais j’ai bien cherché les ennuis, c’est vrai !  Je m’en sortirai presque indemne, avec juste une hématome sous la plante droite, derrière les métatarses, mais qui ne me ralentit pas après quelques minutes de douleur (mes pieds ne se blessent plus tellement de la sorte, depuis un an).  Évidemment, bon nombre de coureurs que j’ai dépassé en frimant, me redoublent à présent, mais ils et elles ont la noblesse de ne rien dire à l’égard de ma situation délicate – et je leur en suis reconnaissant.

Arrivée à toute allure, pieds nus sur les gravillons

La situation se redresse dès lors que nous retrouvons la Route Royale – il reste moins que deux kilomètres pour atteindre la ligne d’arrivée, et je monte un peu en régime “pour l’fun”.   J’augmente légèrement l’amplitude de chaque foulée, en gardant le rythme si curieux des coureurs pieds-nus – environ 190 foulées/minute.  Ma respiration se stabilisent autour de 14 km/heure, puis je ralentis légèrement, foulée oblige dans la descente vers la ville de Meudon.

Les Foulées Meudonnaises 2012 10 kilomètres pieds nus - Photo Elisabeth Pascard

Les Foulées Meudonnaises 2012 10 kilomètres pieds nus - Photo Elisabeth Pascard

Au dernier virage il reste encore 500 mètres et je double un jeune coureur en difficulté que je tente de motiver. Ça marche – il arrive à recoller, et je profite du bitume lississime pour accélérer à plus de 15km/heure, un énorme effort pour mes veilles jambes 😉  A cette vitesse, la foulée est tellement lisse, l’attaque pieds nus tellement sur l’avant du pied, que autour de moi tout devient étrangement calme et fluide – magique.. avant de se gâter sur les derniers deux cent mètres, avec pour commencer des gros pavés que je n’avais même pas vu en sortant du Parc, et puis, juste après la fanfare (merci les gars !) les ultimes mètres de sentier en gravillons, eh oui…  Tant pis pour le sprint final, ce sera une approche raisonnable sur le bord gauche de l’allée centrale, là ou il y a un peu plus de sable que de cailloux.   49:13 selon ma montre, quelques  secondes de plus selon les résultats officiels, toujours moins de 50 minutes.

L’Exploit de Nicolas

Les Foulées Meudonnaises 2012 10 kilomètres pieds nus - Photo Elisabeth Pascard

Les Foulées Meudonnaises 2012 10 kilomètres pieds nus - Photo Elisabeth Pascard

Vite rejoint par ma femme et ma fille, je me retourne pour guetter Nicolas, qui arrive un instant plus tard, lui aussi en moins de 50 minutes – formidable, et lui aussi, sans jamais revêtir de chaussures en cours de route.  Il s’avère que Nicolas est mieux entraîné pour affronter ce type de difficulté rencontrée dans la forêt, car il s’entraîne pieds nus sur ces mêmes chemins.  Il a certainement les pieds plus résistants aux aspérités que les miens…  Cela ne fait que prouver l’importance d’une préparation physique adéquate, et des très bons résultats qui sont possibles avec seulement une demi-année de reconversion au barefooting.  Chapeau !

Conclusion

Remarquable quand même de pouvoir regrouper non pas un mais deux coureurs pieds nus sur une même épreuve !  La Foulée Meudonnaise n’est pas idéal pour cette pratique avec le passage en foret, mais là n’est pas l’essentiel que vous devez retenir.  Méditez bien à ceci : Nicolas, après seulement 6 mois d’entraînement pieds nus, a réussi un excellent chrono sur 10 kilomètres.  6 mois pour renforcer ses pieds, et s’habituer à la foulée minimaliste.  Certes, chaque coureur mettra plus ou moins de temps à préparer les diverses distances pieds nus, mais je constate que nous avons tous les deux mis environ le même temps à pouvoir effectuer une course de 10K sans chaussures.  Cela valide encore plus dans mon esprit le planning souvent avancé Outre-Atlantique, selon lequel il faut un an pour un semi-marathon, et deux ans pour un marathon, pieds nus.  La patience et la progressivité auront raison de tous les obstacles.

Liens

Sydoky – Foulée Meudonnaise 2012
Site de l’événement – http://fouleemeudonnaise.unblog.fr/

3 réponses à to “Foulée Meudonnaise – pieds nus sur une course de 10 kilomètres

Laisser un commentaire

Runnosphère - des hommes et des femmes, blogueurs et coureurs
ARCHIVES
Me suivre sur…