Dernières informations – barefooting/minimalistes en France

Tour des Maréchaux à Paris - 30 septembre ! ? Venez parfaire votre prépa marathon avec nous - on va être nombreux/euses ! ICI

Abonnez-vous vite à la Newsletter qui court pieds nus pour être informé.e.s des prochaines activités et animations !
- 23 mars 2017 - Est-ce une bonne idée de courir pieds nus ? (Article dans le Ouest France par Assia Hamdi)

- 12 août 2016 - Adriana Karembeu et Michel Cymes apprennent la course pieds nus ! Les images et la vidéo de #PECH, "Le Pouvoir incroyable du corps humain" !

- On n'est pas que des cobayes - "Trouver chaussure à son pied"

Pieds nus au semi-marathon de Boulogne 2012

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon de Boulogne-Billancourt, pieds nus dans la pluie et le froid – quelques dégâts mineurs aux pieds, morale au sommet ! A part que j’ai perdu 5 minutes par rapport à 2011 (pas grave) j’ai surtout remarqué que les quelques mauvais revêtements ne me faisaient plus souffrir comme l’an dernier. Ça pour moi c’est la meilleure récompense, preuve que j’avance dans ma resistance plantaire.

Pluie et froid – idéal pour courir un semi-marathon pieds nus

Quand je descendais l’escalier de mon appartement pour affronter la pluie sans rien aux pieds, quelques minutes avant le départ, je me suis dit que j’avais quand même de la veine – il faisait moins froid que l’année dernière : 6° au lieu de 4 ! Et surtout, je me savais capable de courir un marathon dans la pluie, donc moitié moins – fastoche…

Quand même, je commençais à douter un peu quand, au bout de 10 minutes à courir à travers Boulogne dans mes chaussettes – je ne sentais plus mes orteils.  Mauvais, ça.  Du coup, arrivé à peine avant l’heure du départ dans mon sas, j’ai préféré rester tranquillement à discuter avec mes voisins au lieu de sauter sur place pour me chauffer.  Fallait pas prendre le départ avec des orteils en moins, quand même !

Départ donné, je me suis vite retrouvé empêtré dans la foule, à ne pas voir ou je posais les pieds, et le sentiment pourtant bien connu de sentir chaque aspérité dans la chaussée trempée. 20 minutes c’est long à attendre dans ces conditions-là, avant que la circulation fasse son boulot.  J’ai un souvenir l’an passé d’avoir slalomé pour avancer, mais cette année, j’en avais pas le courage, j’ai juste cherché les trajets les moins désagréables.

Et puis, au bout de quelques kilomètres, tout est rentré dans l’ordre, comme d’habitude.  Les plantes qui se calment, acceptent la route (assez belle par ailleurs, le long de la Seine). Le passage qui remonte l’hippodrome de Longchamps ne m’a pas embêté cette année, preuve que j’ai gagné beaucoup de résistance plantaire…

Jusqu’au mi-parcours dans le Bois de Boulogne, je n’ai perdu qu’une petite poignée de secondes par rapport à ma prestation de 2011.  J’ai ensuite perdu 5 minutes sur la deuxième moitié de la course, probablement par peur de forcer le rythme dans la pluie.  Je m’étais fait une énorme cloque de sang au talon droit l’an dernier en voulant réussir une négative split, alors j’ai surement pêché par prudence. En plus, je sentais un début d’ampoule au milieu du pied droit…

Du coup, j’ai profité de mon retour sur le même trajet, profitant de plusieurs belles flaques notamment sous le pont de Sèvres.  Ceux qui courent pieds nus n’hésitent pas d’emprunter les lignes blanches continues dès que la possibilité s’offre à nous, ce qui permet de préserver un peu notre capital plantaire.  Mon fils était le premier de la famille de s’apercevoir lors de mon deuxième passage sous le pont de Billancourt – très apprécié.

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Cette année le dernier passage à travers Boulogne m’a semblé nettement moins pénible, et j’ai même accélérer un peu mon tempo, histoire de taquiner les coureurs autour de moi et de leur donner la pêche pour finir avant moi 😉  Aussitôt la ligne franchît, j’ai bifurqué en direction de la Croix Rouge.  Je vous dirai pourquoi, dans un instant.

Quand t’es lent, t’es lent – même pieds nus…

Je ne vais pas chercher des excuses pour mon chrono moins brillant qu’en 2011 – j’ai pris un peu de poids, j’ai un entraînement fait à 100 % de sorties longues (>20K, marathon oblige), pas de fractionné, pas de séances vitesse, je suis vieux, il faisait froid, il pleuvait, etc. Tout cela joue un rôle, mais je n’y vois aucunement une contre-performance. J’aime courir loin, et parfois avec d’autres coureurs, puis c’est tout 😉  Je ferai mieux en 2013.  Ou pas.

Bain de pied, bain de foule

Sans grosses difficultés, le semi de Boulogne-Billancourt se prête bien à la discussion entre coureurs.  Et à leur observation.

  • Pourquoi, après avoir tiré une seule gorgée de leur bouteille d’eau, 99 % des coureurs la balancent n’importe où dans la chaussée ?  Pourquoi ils jettent les bouchons sous nous pieds ?
  • Deux individus éclairés ont quand même posé leur bouteille moitié pleine sur le bord de la route, sur les barrières, afin d’en faire profiter un autre coureur.  Ça c’est bien !
  • J’ai couru plus lentement que 51 % des concurrents.  Du coup, un gars vient taper la discute à 15K, puis après le ravito que j’ai sauté comme d’hab, il revient à ma hauteur et qui me file une poignée de raisins secs – c’est pas beau, ça ?
  • Yves, de Xrun, et meneur d’allure (1h40) qui me double à mi-chemin et m’encourage.
  • Plusieurs amis de mes réseaux sociaux viennent me taper sur l’épaule (logique, ils sont plus rapides que moi ;-)) et causer un peu…
  • Une jeune femme s’exclame « Je viens de lire un livre FORMIDABLE – « Born to Run » !! Oui oui, je connais 😉
  • Bien d’autres comiques avec leurs blagues sur les lacets défaits, les sponsors malheureux…

J’ai trouvé beaucoup de curiosité et de bienveillance à mon égard, une victoire en soi, qui prouve que les mentalités évoluent.

Piétiner un tesson de verre, pieds nus

Ah oui – le coup de la Croix Rouge… J’ai réussi à piétiner un objet tranchant – probablement un tesson de verre – au kilomètre 11 du semi-marathon, en plein Bois de Boulogne. Ça ma lancé sur le champ, mais avec le froid, je ne sentais pas grand chose avant la ligne d’arrivée. Cela ne m’a pas ralenti, en tout cas.

Dès mon arrivée, j’ai eu le réflexe de rendre visite à la Croix Rouge, histoire de retirer d’éventuels débris et de désinfecter la plaie. « Non, il n’y a rien dans la plaie, je vois la chair… » (!) dixit la charmante jeune intervenante, impressionnée par l’état pour le reste impeccable de la plante.  Retour ensuite à la casa en chaussettes (et mon kilt de course, que personne n’a remarqué, apparemment !)

J’étais bon pour changer quelques fois le pansement, mais d’expérience, le pied guérit rapidement. Il y a également eu une ampoule sous l’arche du pied droit, et puis j’ai mes troisièmes orteils des deux pieds qui frottent le sol en ce moment (why ??) qui m’obligent de les protéger pendant mes courses, et qui se rappent quand même un peu. Mais tout cela est mineure – pas de douleurs aux tendons, muscles, etc. à peine les cuisses un peu raides le soir.

Bilan, semi-marathon pieds nus.

Pour ma deuxième édition de ce semi, pieds nus, je ne me mettais pas la pression, surtout en vue des conditions météorologiques.  Cette distance me plaît !  Pas besoin d’un entrainement long et pénible comme pour un marathon pieds nus, juste mon habitude de sorties longues (des sorties qui dépassent généralement le semi, de toute façon) et quelques séances de fractionné et de vitesse pour améliorer la vélocité.

Résultats officiels

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Photos du semi-marathon pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Semi-marathon Boulogne-Billancourt 2012 pieds nus

Remerciements

Merci à Christophe W.,  Marc D. et Arlerond N.
D’autres m’ont croisés et je vous présent mes excuses si je vous ai pas reconnu – je ne retiens pas bien les visages, hélas !

Une réponse à to “Pieds nus au semi-marathon de Boulogne 2012

Laisser un commentaire

Runnosphère - des hommes et des femmes, blogueurs et coureurs
ARCHIVES
Me suivre sur…