Dernières informations – barefooting/minimalistes en France
Prochaines animations et événements barefooting/minimaliste

La No Finish Line Paris - dimanche 6 mai - détails ici .


IBRD (International Barefoot Running Day) 2018 - dimanche 6 mai - détails ici .


Abonnez-vous vite à la Newsletter qui court pieds nus pour être informé.e.s des prochaines activités et animations !

Le barefooting/minimalisme dans les média

- 23 mars 2017 - Est-ce une bonne idée de courir pieds nus ? (Article dans le Ouest France par Assia Hamdi)

- 12 août 2016 - Adriana Karembeu et Michel Cymes apprennent la course pieds nus ! Les images et la vidéo de #PECH, "Le Pouvoir incroyable du corps humain" !

- On n'est pas que des cobayes - Trouver chaussure à son pied

Témoignage – Zygielle, finie la tyrannie des genoux

Aubagne tes pieds !

Aubagne tes pieds !

Pseudo : Zygielle
Age : 49
Durée de conversion : 10
Pays : Plaine des Vosges

En bref (4 à 5 phrases pour te décrire)

Bonjour, je m’appelle Zygielle, j’ai bientôt 50 ans et j’ai deux pieds en parfait état de fonctionnement quoiqu’assez peu féminins.

A part ça je suis une vraie bombe.

(…)

J’avoue : taille standard selon le barème de la Redoute, format agréé par la sécurité sociale, un poil de culotte de cheval et une queue de cheval, et pour le reste, c’est un modèle courant (sans jeu de mot).

Quel est ton parcours sportif ?

J’ai curieusement commencé le sport pendant ma dernière grossesse. Je m’étais mis en tête d’apprendre à crawler avec mon gros ventre, en version iceberg.

J’ai réussi et n’ai plus jamais cessé de nager.

Je me suis mise à courir peu de temps après, puis ai cessé, parce que courir c’est dur et que je n’étais pas foncièrement attirée par le sport, que j’avais soigneusement évité toute ma vie (à part ma séance hebdomadaire de piscine).

Je ne me rappelle pas comment j’ai repris la course. Toujours est-il qu’un jour, alors que je courais un peu autour du stade pour m’occuper pendant que mon fils faisait de l’athlétisme, l’entraîneur m’a dit « inscrivez-vous au club ! ». Et comme j’avais une heure et quelques à attendre mon fiston après le travail, lors de ses entraînements, je me suis inscrite.

J’ai commencé à courir en baskets, en augmentant les distances, à courir le weekend avec mes chiens, puis j’ai tenté un 10 km, puis un autre…

Pourquoi cours-tu ?

Avant la course pieds nus, je courais pour le bien-être après la course, pour faire du sport avec mes chiens, pour accompagner mon fils, pour entraîner avec moi mon mari, et parce que je m’étais prise au jeu.

Depuis que je cours pieds-nus, toutes ces raisons sont encore vraies, mais surtout, je cours pour le bonheur incroyable que ça me procure, parce que je trouve ça très stimulant intellectuellement, et aussi parce que cela m’a permis de découvrir un mode de déplacement qui tout en étant vif et joyeux, me ramène aux sensations de la marche et à l’état de quasi-méditation que cela m’apporte.

Qu’est-ce qui t’a convaincu de courir pied nu, ou avec des chaussures minimalistes ?

Mes genoux ! Début 2016, j’ai fini un 10km sur les rotules avec mes baskets. Il est vrai que je n’avais pas vu que leur drop était effondré. Je n’ai pas pu reprendre la course sans douleur. Et puis un jour, trouvant la porte de la piscine fermée, j’ai jeté un coup d’oeil au stade désert. Il faisait 12°C et il pleuvait. J’ai enlevé mes chaussures et j’ai couru à peu près 600m à 7,5km/h. Je suis revenue à la maison avec des ampoules sous les orteils, bien décidée à persévérer. La douleur ne s’était pas manifestée. J’ai foncé sur internet et ai lu tout ce que je pouvais lire sur la course minimaliste.

Comment s’est passée la transition vers la course pieds nus ou en chaussure minimaliste ?

Lentement ! J’ai commencé par alterner course pieds nus et course en baskets. J’ai augmenté petit à petit (de 200m en 200m !) la distance pieds nus sur piste. Puis la vitesse. J’ai passé l’été pied nu dès que je le pouvais. Enfin, j’ai commandé une paire de huaraches en kit et suis sortie du stade.

Combien de temps pour effectuer la transition ?

8 mois environ. En décembre 2016, j’ai couru mon premier 10 km en huaraches. J’ai pulvérisé mon record, sans forcer. J’ai depuis fait le semi de Nancy, toujours en sandales, et suis récemment passée sous les minimas de ma catégorie au 10km. Je viens de prendre une licence compétition, c’est trop beau, cette affaire !

Comment faut-il s’entraîner pour habituer ses pieds ?

Tranquillement… Sans chercher la performance. Et souvent. Et surtout, si on court en sandales, je pense qu’il faut aussi courir pieds nus. J’aime le tartan, mais j’essaie toutes sortes de revêtement. C’est intéressant et assez amusant.

Sur quels revêtements cours-tu ?

Je fais une redite, mais sur tartan pieds nus. Par tous les temps, jusqu’à 0°C sur piste sèche, 2-3°C sur piste mouillée.
Sur route, chemin pas trop gravillonné, neige tassée, glace : en sandales huaraches.

Sur chemin accidenté, en Spyridon VFF.

Pratique quotidienne : quel(s) type(s) de revêtement ; durée habituelle et fréquence des sorties ?

Je fais une séance de fractionné pieds nus par semaine, une sortie longue le weekend et je nage une fois par semaine.

Avec quelle(s) chaussure(s) minimaliste(s) cours tu (pieds nus étant bien sûr accepté) durant ta période de transition et après ?

Les VFF sont pour moi un pis-aller, qui me permet d’éviter de me blesser sur chemin de campagne et en forêt. Je marche aussi chaussée de la sorte, car j’aimerais les tester en randonnée.

J’ai trois paires de Huaraches, avec des semelles différentes. En ce qui concerne le lacet, c’est la paracorde qui me convient le mieux.

Mes préférées ont été faites par Pierre, qui a un blog et propose de nombreuses types de semelles (merci, Pierre !)

Quelles blessures, avant/après la transition ?

Avant : essuie-glace et syndrome rotulien, nécessitant des semelles orthopédiques.

Maintenant : quelques contusions sous les pieds si leur plante rencontre un caillou ; et en sur-entraînement des contractures dans les mollets.

Ah, et oui, aussi, comme je passe beaucoup de temps non chaussée, je me cogne les orteils à peu près partout et je hurle. Donc, marcher sans chaussures rend dysphonique.

Quel regard porte ton entourage sur ta pratique ?

Mon entourage proche a pris ça comme une lubie au départ, mais ils ont dû se raviser. Mon frère, qui est un grand coureur et marathonien, adepte de triathlons de l’extrême, me prend pour une folle.

Les gens de mon club s’y sont faits !

Quels sites, quels coureurs t’ont aidé dans ta reconversion ?

J’ai bien entendu exploré ce site, et quelques autres, mais je dois être honnête : j’ai écouté mes sensations et ai décidé que mes pieds gouverneraient ma transition. Je les ai laissé faire. C’est eux que j’ai écoutés… je pense avoir bien fait.

Quelques astuces pour d’autres coureurs ?

La lenteur. L’écoute de soi.

Et se dire qu’une solution leur conviendra forcément, et que ce ne sera pas forcément celle du barefoot. Peut-être même pas la course à pied.

L’astuce, c’est peut-être la sagesse.

Combien de coureurs minimalistes/pieds nus dans ton entourage ?

Aucun.

Quels objectifs (courses/distances/etc.) ?

Maintenant que j’ai participé aux championnats de France du 10km hors stade (à Aubagne), je peux passer ma vie dans un canapé…

Non, bien sûr, j’ai d’autres objectifs, mais une très mauvaise récupération après ces championnats (due à un entraînement trop intensif, j’ai pêché par enthousiasme) m’a un peu calmée côté chrono, même si je suis loin d’être une flèche. Je veux me frotter aux longues distances…

Un marathon en 2019 et en huaraches, les pieds aux couleurs de mon club, comme d’habitude !

Relate-nous deux ou trois remarques rigolotes ou moqueuses entendues lors de tes dernières sorties PN

La meilleure, lors du semi-marathon de Nancy : « Oooooh ! La pauuuuuvre ! ». Des fois que mon coach m’aurait mis un canon sur la tempe pour m’obliger à chausser des strings de pied.

Autres remarques ?

Oui ! Courir pieds nus et en sandales m’apporte une joie que je n’aurais pas crue possible. Curieusement, mon mal de mer s’est atténué, mais je ne sais pas si un lien est possible avec ma pratique de la course à pied minimaliste.

Enfin, j’étais une grande habituée de l’entorse de cheville, mais cela m’arrive de plus en plus rarement, et bien sûr uniquement avec des chaussures.

Quand j’ai parlé de stimulation intellectuelle, c’est parce que tout ce qui m’arrive m’amène à me poser des questions, et donc à chercher des réponses, anatomiques, physiologiques, biomécaniques… que je ne me serais pas posées s’il n’y avait eu l’étrangeté relative de ma pratique.

Ajoutez votre témoignage !

Pour voir d’autres témoignages : Catégorie « Témoignages ».

Pour déposer votre témoignage : formulaire « Témoignages ».

2 réponses à to “Témoignage – Zygielle, finie la tyrannie des genoux”

Laisser un commentaire

EVENEMENTS
Mai
2
mer
2018
10 h 00 min No Finish Line Paris 2018 @ Champ de Mars, 75007 Paris
No Finish Line Paris 2018 @ Champ de Mars, 75007 Paris
Mai 2 @ 10 h 00 min – Mai 5 @ 11 h 00 min
No Finish Line Paris 2018 @ Champ de Mars, 75007 Paris | Paris | Île-de-France | France
5 jours de course sur circuit, 24/7 – non, je n’y serai pas tout le temps – cette année je vais  courir quelques heures sur place, avec Leslie Slater et Harley Des Buttes Chaumont et d’autres ami.e.s de longue[...]
Mai
6
dim
2018
9 h 30 min IBRD International Barefoot Runn... @ Parc Suzanne Lenglen (au stade)
IBRD International Barefoot Runn... @ Parc Suzanne Lenglen (au stade)
Mai 6 @ 9 h 30 min – 12 h 00 min
IBRD International Barefoot Runner's Day 2018 @ Parc Suzanne Lenglen (au stade) | Paris | Île-de-France | France
l’IBRD (International Barefoot Running Day) c’est la grande messe annuelle de tous les coureurs pieds nus et en chaussure minimaliste. De plus en plus populaire, cet événement sera organisé dans plusieurs villes en France, sous[...]
Runnosphère - des hommes et des femmes, blogueurs et coureurs
ARCHIVES
Me suivre sur…