Dernières informations – barefooting/minimalistes en France

Tour des Maréchaux à Paris - 30 septembre ! ? Venez parfaire votre prépa marathon avec nous - on va être nombreux/euses ! ICI

Abonnez-vous vite à la Newsletter qui court pieds nus pour être informé.e.s des prochaines activités et animations !
- 23 mars 2017 - Est-ce une bonne idée de courir pieds nus ? (Article dans le Ouest France par Assia Hamdi)

- 12 août 2016 - Adriana Karembeu et Michel Cymes apprennent la course pieds nus ! Les images et la vidéo de #PECH, "Le Pouvoir incroyable du corps humain" !

- On n'est pas que des cobayes - "Trouver chaussure à son pied"

Marathon Seine Eure 2017 – 6ième fois pieds nus

Marathon Seine Eure 2017 - pieds nus !

Marathon Seine Eure 2017 – pieds nus ! A quelques kilomètres de l’arrivée – je rentre au mental…

Dimanche 15 octobre, Amfreville sur Iton, 09:30, départ de ma sixième participation du Marathon Seine Eure, toujours pieds nus. A mes côtés, Sandra S. et ses Vibram Bikila Rose flamand, prête à renouer avec la distance reine après quelques années de disette.

Pour une fois, ni pluie, ni froid. Un peu frais, quelques brouillards, et la motivation d’arriver pas trop tard, car la journée est quasiment estival, et il finira par faire 26° après notre arrivée.

Quelques coureurs me reconnaissent (6 participations, quand même) et je découvre que plusieurs m’ont vu à l’émission de Michel Cymes et Adriana Karambeu, il y a bientôt 2 ans. C’est ça, être célèbre barefooteur !

Marathon Seine Eure 2017 - pieds nus !

Marathon Seine Eure 2017 – pieds nus !

Cette année, j’ai remarqué 5-6 autres paires de Vibram aux pieds des coureurs – plus de femmes que d’hommes.

Départ

Marathon Seine Eure 2017 - pieds nus !

Marathon Seine Eure 2017 – pieds nus ! Où est Christian ?

Sandra courra à son rythme, en musique, donc on se retrouvera au plus tard à l’arrivée. On se perd de vu dès le début, et je la crois parte loin devant. Des les premiers instants, je m’accroche au meneur d’allure de 3:30. Ce n’est pas par prétention. Je sais que je ne tiendrai que quelques kilomètres, mais l’essentiel, en marathon pieds nus, c’est de courir vite tant que les semelles le permettent. Le « Negative Split » n’existe pas pour nous coureurs PN ! Ma courbe de vitesse est toujours décrite par une courbe descendante, c’est comme ça.

A 10 kilomètres, à l’entrée de Louviers, et après que quelques coureurs parlent d’une allure de moins de 5 minutes au KM, je me laisse larguer, sans regret. Les premiers kilomètres étaient désagréables pour les pieds, mais au plus tard à 5km j’ai eu de bonnes sensations dans les semelles, et j’ai enfin pu caler un rythme qui m’évitait de punir mes pieds sur des mauvaises portions, juste pour rester dans un groupe rapide. Longtemps après, je voyais le drapeau bleu des 3:30 qui s’en allait doucement. Et je savais que les 3:45 me rattraperai tôt ou tard.

Le semi en 1:47:11 – à vérifier, je crois que c’est mon meilleur chrono sur ce marathon.

C’est une obsession. Chaque année, je note à quel moment le groupe des 3:45 me rejoigne par derrière. Il ya quelques années, c’était avant la mi-course, puis, un peu après le semi, puis… Cette année – record, seulement à Poses, en bord de Seine. 34 kilomètres à avancer relativement vite, même lors des passages historiquement difficiles – macadam et ligne blanche à peine meilleur un peu avant 30km – d’autres années les 3:45 m’ont retrouvé à ce moment-là.

Quand j’ai entendu le murmure des voix, et puis les encouragements (merci !) j’ai ressenti une soudaine envie de marcher, un ras-le-bol général. Il faisait chaud, j’avais commencé à boire et à manger plus vers 30 km, mais l’effet n’était pas encore manifeste.

A précisément 35,5 kilomètres, le tant redouté passage à macadam d’enfer – 600 mètres de revêtement impossible à franchir si tard dans le marathon – les plantes ne voulaient pas. C’est récent – première fois, en 2016 – route refaite. Gloups. L’an dernier, j’ai renoncé à courir PN au bout de quelques dizaines de mètres, et j’ai fini le mauvais passage, et puis la course, en huaraches. Cela m’avait dégoûté, j’étais vraiment bien, ça aurait été un chrono record. Et cette année, je m’étais fixé le but de ne pas chausser. Mais comment faire ? En marchant ! Sur le bas-côté de la route, dans l’herbe mouillé et frais ! Délicieux, reposant, mais lent. Prières pour ne pas atterrir sur un tesson de bouteille… Plein de coureurs m’ont doublé. J’ai perdu peut-être deux minutes, et probablement mon meilleur chrono. Mais après tout, j’ai fini la course, pieds nus, même pas mal revigoré par ma petite pause. Les kilomètres restants me semblaient durer longtemps, mais au moins j’ai pas remarché, et je n’ai pas subi des crampes comme bon nombre d’autres coureurs. Une vaillante femme a hurlé de douleur à quelques kilomètres de l’arrivée, et je le doublé. Mais toute suite après, elle a cessé de boiter et m’a redoublé, et même déposé ! J’étais très fier d’elle – il faut une volonté … de femme pour surmonter un tel revers.

A UN kilomètre, un éclair m’a doublé – Sandra ! Elle est passé tellement vite (on était déjà en train de tourner autour de la ligne d’arrivé à Val de Reuil, que je n’ai même pas pu discuter avec elle. Elle est carrément disparue devant moi, ayant en tête de déposer un maximum de coureuses pour monter dans sa catégorie. Elle m’attendait donc avec le sourire à l’arrivée – 3ième femme parmi les V3F !

Marathon Seine Eure 2017 - pieds nus !

Marathon Seine Eure 2017 – pieds nus ! – Enfin, la ligne d’arrivée !

Quant à moi, j’étais content d’en finir, je n’avais plus envie d’avancer, même si j’ai réussi à bien accélérer sur les deux derniers kilomètres. C’est vrai qu’on est porté par la foule, et que le tapis rouge fait un bien fou aux plantes. J’ai même réussi à faire un petit saut et claquer mes talons, à 10 mètres de la ligne.

l’après-marathon

Marathon Seine Eure 2017 - pieds nus !

Marathon Seine Eure 2017 – pieds nus ! – moins rouge que les autres années… Photo obligatoire pour tous les marathonien.ne.s 😉

Sandra et moi avons attendu les récompenses, car elle pensait monter à la troisième marche du podium des V2F. Finalement, seule la première était récompensée – dommage ! Mais nous n’avons pas regretté le temps passé à attendre. Il faisait beau, presque chaud. Petite sieste dans l’herbe, suite aux deux (mauvaises) bières avalées en guise de déjeuner. J’avais pas faim après la course, comme d’habitude.

Une bonne course, dans l’ensemble – je suis satisfait de moi, et j’ai le sentiment d’avoir effectué une préparation sans faute. Gros volume PN au mois de septembre (369km) puis une modification de régime qui commence à donner des résultats. Quasi-élimination de l’alcool, le pain, le sucre, les féculents, le lait. Moins de viande. Beaucoup de fruits, légumes, des légumineuses, fruits de coque, fromage en modération, poisson. Non, je ne suis pas devenu végan, ni Paléo. Mais les deux régimes alimentaires m’inspirent quand même. Et l’idée de se sous-alimenter //légèrement// pour provoquer un renouveau cellulaire. On verra bien combien de temps que je résiste à tout ça !

Données du marathon Seine-Eure pieds nus :

Rang Dos Nom  Prénom  Cat cat cl  Semi Rg Cat Tps Total
(2017)
442 (938) 465 HARBERTS Christian V2M 59 01:47:11 385 159 03:52:22
(2016)
448 (860) 1596 HARBERTS Christian V2M 86 01:46 ? 429 159 03:52:10
(2015)
430 (738) 1586 HARBERTS  Christian  V1M 169  01:48:07 385 159 03:51:10
(2014)
 347 (689)  556 HARBERTS Christian V1M 158 01:50:32 407 181 03:56:17
(2013)
432 (646) 525 HARBERTS Christian V1M 192 01:51:59 429 190 03:58:48
(2012)
470 (596) 480 HARBERTS Christian V1M 201 01:56:19 442 193 04:07:58

Et donc…

Je crois que ma sixième participation au marathon Seine Eure sera ma dernière. A vrai dire, je suis lasse du parcours, que je connais par cœur. La présence de ce nouveau passage de macadam signifie que je ne vais plus jamais atteindre mes chronos d’avant 2016, donc même si je m’améliore encore, je ne le verrai pas ici.

A moins que – je la fasse en huaraches ! Pour effectuer une base de comparaison, PN versus chaussé en minimaliste. Voilà qui pourrait être une bonne chose, une dernière fois, avant de passer à autre chose.

Quatre jours plus tard

Première sortie depuis dimanche, trois jours de repos donc. Pieds nus, je vais faire quelques tours du parc Suzanne Lenglen, sur le bitume. Les premières kilomètres, pendant 30 minutes, disons, était un peu lent, car je ressentais un peu de douleur sous les talons. Rien de visible en soi (pas de cloque de sang) mais j’ai du talonner par réflexe lors des parties plus dures du marathon. C’est un problème bien connu après mes longs distances PN. Mais rien de bloquant. Et il faisait si bon de trottiner, penser à rien, vagabonder dans mes idées, regarder le paysage passer. La course, c’est la vie !

Prochaine objectif – Semi-marathon de Lenoir, en Caroline du Nord, États-Unis, dans environ 2 semaines. Pieds nus, bien sur. Ce sera ma première course américaine ! Je vous raconterai ça…

Autres marathons pieds nus

Marathon  pieds nus – Seine Eure 2016

Marathon pieds nus – Paris 2016

Marathon pieds nus – Seine Eure 2015

Marathon pieds nus – Seine Eure 2014

Marathon pieds nus – Seine Eure 2013

Marathon pieds nus – Paris 2013

Marathon pieds nus – Sénart 2013

Marathon pieds nus – Seine Eure 2012

Pour être informé.e.s de mes prochaines histoires :

Laisser un commentaire

Runnosphère - des hommes et des femmes, blogueurs et coureurs
ARCHIVES
Me suivre sur…