Dernières informations – barefooting/minimalistes en France
Prochaines animations et événements barefooting/minimaliste


Abonnez-vous vite à la Newsletter qui court pieds nus pour être informé.e.s des prochaines activités et animations !

Le barefooting/minimalisme dans les média

- 23 mars 2017 - Est-ce une bonne idée de courir pieds nus ? (Article dans le Ouest France par Assia Hamdi)

- 12 août 2016 - Adriana Karembeu et Michel Cymes apprennent la course pieds nus ! Les images et la vidéo de #PECH, "Le Pouvoir incroyable du corps humain" !

- On n'est pas que des cobayes - Trouver chaussure à son pied

Issy Urban Trail IUT 2018 en huaraches

Issy Urban Trail 2018

Issy Urban Trail 2018 en huaraches (grrrrr)

Issy Urban Trail IUT 2018 en huaraches

Le 3 février j’ai participé pour la deuxième fois au trail urbain Issy Urbain Trail 2018 (IUT),  où j’ai encore couru en sandale Huarache Dunas 10 mm. La coupe est pleine, mon bol est à ras-bord, y en a marre de faire le martyre 😉 (Mon édition 2017 ici).

Les chaussettes du désespoir

Vous voyez comment ça marche, une paire de chaussettes ? En règle générale, on les enfile sur les pieds, puis on engonce le tout dans la chaussure. Comment faire pour une paire de sandales à lanière entre les orteils ? Il y a bien des chaussettes à orteil, et j’avais expérimenté cela lors de mon unique participation à l’EcoTrail de Paris 30K en 2012.

Christian "Barefooteur" avec ses huaraches sur l'EcoTrail 30K 2012 - Sylvie Pham Van, Photographe

Christian « Barefooteur » avec ses huaraches sur l’EcoTrail 30K 2012 – Sylvie Pham Van, Photographe

OK, oubliez tout cela.

J’ai eu l’idée, souvent même, de faire une sorte de « sur-chaussure » en glissant des chaussettes par dessus de mes huaraches quand il faisait mouillé et/ou gras. C’est pourquoi j’étais de bonne humeur au début quand je quittais ma maison – la ligne de départ est juste à quelques minutes dans le parc du quartier (Parc de L’Ile Saint Germain). Rapidement, j’ai marché dans des flaques, invisibles la nuit, malgré mon nouvel éclairage. Début d’inquiétude. Puis la pluie à recommencé à tomber.

Cette année le problème était surtout la météo qui prévoyait de la pluie et assez froid j’avais voulu protéger contre les pieds mouillés en glissant des chaussettes par-dessus de la RH sur le lieu de rendez-vous à côté de la où j’habite c’est-à-dire donc ça commençait assez mal

Départ et noyade

Dès le départ donné à 21H le problème était que le parcours était tout de suite mouillée avec une grosse flaque invisible a traverser que nous ne voyions pas à la lumière de nos frontales. Ainsi dès les premières mètres de la course j’ai commencé à glisser dans la sandale, malgré le fait d’être « protégé » par une chaussette. Tout de suite il y avait un long passage dans le parc de l’île Saint-Germain qui était couvert de boue.  Évidemment avec les sandales que j’ai (qui n’ont plus de profil depuis très longtemps – voir photo si-dessous) je glissai même à l’intérieur des chaussettes et comme c’était mouillé de semelle ne tenait pas du tout le pied en place il a fallu que je marche. Rageant. Tout le monde me doublait. J’ai fait exprès de ne pas compter mes places qui s’évaporaient.

Avant même 1 km de course j’ai été contraint d’abandonner les chaussettes en pleine rue, et continuer les pieds a l’air après la réparation de la lanière, déjà cassé malgré mes préparations. En plus j »avais mangé trop tard et assez rapidement je me suis fait distancer au niveau de la première grosse montée mais je me suis décidée vu l’état toujours impossible de mes sandales de ne pas courir trop vite. Ainsi j’ai pu profiter de la course et finalement passé un bon moment sur 30 km.

Et pendant tout la course j’ai eu le temps de me demander à plusieurs reprises si les Tarahuma rencontraient de telles conditions météo dans les Barrancas del Cobre dans l’état de Chihuahua mexicain. En fait, je crois que non !

Quelque part dans la froide nuit j’ai décidé de trouver une solution pour mes huaraches. Depuis pas mal d’années je galère à chaque fois que le terrain est gras et mouillé. C’est vraiment la grande faiblesse de ce type de chaussures…

Un dernier pied de nez (orteil ?) de mes sandales lors de l’arrivée dans un bâtiment. La rampe d’accès, les couloirs, l’escalier, tout était mouillé et je patinais comme sur de la glace, une sorte de hydroplanage vraiment flippant – cela ne m’est jamais arrivé auparavant. Raison de plus d’abandonner les huaraches pour les courses où la météo était défavorable.

Préparation des sandales et des pieds

La préparation (hormis le coup des chaussettes évoqué ci-haut) implique deux choses :

  1. Vérification des lanières – tirer dessus pour essayer de les casser, puis couper et refaire les noeuds sous l’avant de la sandale.
  2. Lubrification des points stratégiques – entre les orteils, sur le haut du pied (arche) et sur le bord extérieur, sous la malléole. A la fois de la vaseline sur la peau, et sur la lanière.

Ce rituel me rassure, et je pense avoir moins de soucis et de frottements depuis que me livre à cela.

Enfin, j’avoue que cela fait des années que mes Dunas me font la guerre quand il fait moche. Chaque année c’est la même bataille, et rien ne symbolise mieux la lutte que mes différentes participations à un trail en moyen montagne chaque année, l’EcoTrail du Massif des Brasses. Vous verrez, ça se gâte quasiment tous les ans lors de cette course.

En 2019 je change d’approche, c’est décidé !

Et j’ai trouvé une solution – la huarache Xero Shoes Z-Trail – lisez mon test ici !

(Abonnez-vous à la Newsletter qui court pieds nus afin d’être informé.e.s de ces articles)

Le parcours

Les résultats

Résultats

Laisser un commentaire

Runnosphère - des hommes et des femmes, blogueurs et coureurs
ARCHIVES
Me suivre sur…