Dernières informations – barefooting/minimalistes en France
Prochaines animations et événements barefooting/minimaliste


Abonnez-vous vite à la Newsletter qui court pieds nus pour être informé.e.s des prochaines activités et animations !

Le barefooting/minimalisme dans les média

- 23 mars 2017 - Est-ce une bonne idée de courir pieds nus ? (Article dans le Ouest France par Assia Hamdi)

- 12 août 2016 - Adriana Karembeu et Michel Cymes apprennent la course pieds nus ! Les images et la vidéo de #PECH, "Le Pouvoir incroyable du corps humain" !

- On n'est pas que des cobayes - Trouver chaussure à son pied

Faire du TrailBall avec des enfants – Mickaël Sondag

TrailBallMerci, Christian, de me donner cette occasion de partager mon expérience de TrailBall avec les enfants. Je suis l’aventurier qui anime le site Courir un Trail, un site pour partir à l’assaut de ses capacités naturelles, à travers le trail.

Le TrailBall, c’est mettre une bonne dose de jeu et de fun dans sa pratique de la course à pied. Si les adultes peuvent avoir du mal à se prendre au jeu, les enfants, eux, peuvent avoir du mal à trouver de l’intérêt à courir sans but.

Béni soit donc l’inventeur du TrailBall qui permet à nos chers bambins, attirés par la balle, à se retrouver à gambader dans la brousse.

En tant qu’animateur, j’ai le loisir de proposer différentes animations de mon cru à des publics divers et variés. Or, cela fait maintenant trois ans que je propose, pendant l’été, d’initier les enfants au TrailBall.

Je vous partage ma petite expérience et vous donnes quelques petites pistes, si jamais l’idée saugrenue vous traverse de faire de même par chez vous…

Avant tout, plantons le décor

TrailBallComme vous le savez, le TrailBall est issu du jeu traditionnel des raramuris (plus connu sous le nom des tarahumaras depuis la sortie du livre best-seller Born to run de Christopher McDougall), le rarahipa. Les raramuris sont une tribu vivant au Mexique, au milieu des canyons. Parfait ! Nous avons là de quoi attirer l’attention en racontant une histoire.

J’utilise l’imagination comme outil pour susciter et garder l’attention.

Tous les enfants aiment les histoires. Alors, si en plus, cette histoire permet de se prendre pour des super-athlètes vivant à l’autre bout de la terre…

Cela peut être l’occasion de faire un peu de marche pieds nus avec les enfants, d’essayer de courir en posant l’avant du pied. Mais aussi, en fonction de votre motivation et de vos connaissances, d’aller plus loin dans la découverte de ces drôles d’individus : leur manière particulière de se dire bonjour, leur faculté à rester discret, leur alimentation…

Le décor est planté, très bien.

Maintenant, passons à la suite !

Le TrailBall, ce n’est pas du foot !

TrailBallUn jeu où on se sert de ses pieds pour taper dans une balle, forcément, ça fait penser au foot. Mais que nenni ! Le TrailBall est fondamentalement différent, il faut que les enfants le comprennent.

Le TrailBall est avant tout coopératif, chaque équipe ayant sa propre balle. On ne peut ni bloquer l’autre équipe ni le prendre la balle. D’ailleurs, on peut très bien y jouer avec une seule équipe, si celle-ci est composée de peu de joueurs.

 

De plus, le plaisir est le plus important, et si les enfants aiment bien l’émulation qu’amène la compétition, il est tout à fait possible de se contenter du plaisir de la tâche accomplie, en ayant réussi à boucler le parcours avec la balle.

Pour calmer les ardeurs des footeux, et comprendre l’importance de chaque joueur, je commence par un peu de TrailBall Zen. De préférence, sur un chemin plat, mais avec un risque que la balle sorte du chemin et dégringole quelques mètres.

Ainsi, l’attention est de mise, et les enfants peuvent comprendre que : « moins vite, c’est plus vite que trop vite » : chaque chute de balle coûte un temps important pour être récupérée. Le TrailBall zen consiste simplement à marcher avec la balle avant de la passer à quelqu’un d’autre.

Passer, j’ai dit passer ?

Pas de passe, ce n’est toujours pas du foot !

TrailBall

On ne passe pas la balle proprement dite. La technique utilisée mérite qu’on y consacre un peu de temps, après le TrailBall Zen. Faire une passe sur un chemin forestier, c’est s’exposer à voir la balle gagnée bien trop vite en autonomie, en dépit des intentions de l’équipe.

Sauf terrain particulier, le joueur qui a la balle est devant. Lorsqu’il souhaite passer la balle, il la stoppe avec son pied, tout en appelant la personne qui va prendre le relai. Dès l’arrêt de la balle, le joueur peut continuer à courir, l’autre joueur récupérant la balle.

Si le terrain présente des particularités, il est judicieux de s’adapter. En cas de ravin, par exemple sur la gauche, le porteur de ballon sera à droite, avec un joueur sur la gauche pour sécuriser, et un autre derrière.

Trailball Zen : Fait technique pour laisser la balle à un coéquipier : Fait Maintenant, passons au camp d’entraînement.

Vive l’autonomie

TrailBall

Plusieurs mots-clefs guident ma pratique d’animation. Après l’imagination, j’accorde beaucoup d’importance à l’autonomie.

Chaque équipe crée son propre parcours d’entraînement. En utilisant les éléments du décor, ils doivent mettre en place un circuit, qui permet de travailler ce qui leur semble important : slaloms, vitesse, saut, esprit d’équipe, précision… C’est ludique, et cela permet après de faire le tour des différents parcours avec chaque équipe.

Cela leur permet aussi de remarquer ce qui pose problème, afin de ne pas sous-estimer certaines embûches naturelles. Passer la balle au-dessus d’un tronc, c’est facile ? Pas si l’aire d’atterrissage est trop petite. En cas d’échec, il faudra prendre beaucoup de temps pour récupérer la balle.

Et surtout, cela leur permet d’acquérir l’habitude de se prendre en charge, car bientôt, ils vont être lâchés dans la forêt…

L’aventure, ou le fait de participer à une course !

Le point d’apothéose d’une animation de ce genre-là est évidemment de participer à une course en milieu naturel, tel un trail. En fonction du nombre d’équipe, cela nécessite plus ou moins d’organisation.

Je balise le parcours en avant, et un animateur est derrière la dernière équipe pour enlever le balisage.

C’est le moment d’utiliser votre imagination pour trouver des sentiers qui donnent envie, représente un challenge sans être un danger mortel d’égarement pour les balles (j’y tiens à mes balles officielles:) ).

En fonction de l’âge, vous pouvez très bien ajouter des notions de courses d’orientations, qui doivent donc avoir été vues avant le jour J.

Devenir champion, oui, mais de son monde

Tout au long de l’animation, je répète que l’important est de devenir champion du monde de son monde (une formule que j’ai piqué à Stéphane Brogniart), et non d’être meilleur que les autres.

Vous l’avez compris, en tant qu’animateur avec des enfants je cherche avant tout à partager des valeurs qui me tiennent à cœur. Or, la course à pied, le trail et surtout le TrailBall sont des outils tout à fait adaptés pour cela !

Merci, Christian, pour tout ce que tu as fait pour la culture barefoot 😉

À bientôt !

Mickaël de Courir un Trail !

(Remarque de Christian) – J’ai lancé le sport du TrailBall en 2013, et j’anime des séances TrailBall en Région parisienne. Merci à Mickaël de promouvoir ce sport par chez lui depuis plusieurs année déjà !

 

Une réponse à to “Faire du TrailBall avec des enfants – Mickaël Sondag”

Laisser un commentaire

Runnosphère - des hommes et des femmes, blogueurs et coureurs
ARCHIVES
Me suivre sur…